Le Jury

Avec l’orgueil des martyrs, les jurés ont sacrifié temps, argent et dioptries pour lire à votre place des livres qui n’en valaient pas la peine. Maintenant, ils sont en colère, ils ont faim, et ils voudraient qu’on les laisse dormir s’il vous plaît.

Tour de table d’avant-vote.

François HL

Petite sœur des critiques

François HL, c’est un peu notre caution « on aime les livres imparfaits mais différents ». Telle une petite sœur des pauvres de la littérature (ou un recruteur de footballeurs dans une académie malienne), François finit toujours par dénicher le petit tirage maladif, un peu poisseux mais à potentiel, qu’il finira par réussir à vendre à tout le monde. Parfois, un livre un peu plus faible que les autres ne trouve aucune grâce à ses yeux. Il le roue alors de coups à même le sol. Ses critères restent mystérieux et donc impressionnants.

Charlotte

aka Big Gougère

aka Big Gougère

Charlotte a le charme de celles qui se forcent à ne pas en avoir trop pour ne pas infliger de complexes aux autres. On la voit donc enquiller pâtés et verres de gros rouge avec le délicatesse d’une princesse elfe qui aurait invité à dîner ses copains trolls. Troll, elle le devient pourtant quand il faut parler livres. Pas les trolls tout nus avec les touffes de cheveux fluos, les trolls de Scandinavie, à l’ancienne, qui grognent et jettent des cadavres par dessus leur épaule tel un Jean Edern Hallier décrit par Tolkien. Grâce à cette réjouissante ambivalence, elle a gagné le surnom de Big Gougère. C’est par respect.

François

francois

Buffet-vaisselier

François a le bonhomie du mec syndiqué qui est là depuis le début : il n’est justement plus là, mais il donne parfois son avis et personne n’ose l’enlever de cette page pour ne pas avoir les délégués du personnel aux fesses. François fait partie des meubles, certes, mais comme un buffet-vaisselier : il sent bon la belle époque, son cœur est large et plein de souvenirs, il est planqué à la campagne et quand il vous tombe dessus, ça fait mal et ça fait du bruit.

Marine

Lectrice en manque de sommeil

« Membre viril historique » (elle est là depuis le début), Marine personnalise cette règle cardinale du Prix Virilo : les jurés doivent être à la limite du burn-out pour faire de bonnes critiques. Écartelée entre le manque d’argent, le manque de sommeil, le manque de temps, le manque d’enthousiasme et un enfant qui pleure à consoler, Marine est nécessairement exigeante. Qui n’a pas refusé une sieste pour lire à la place un livre (acheté) de Foenkinos « alors que le petit fait ses dents depuis 12 nuits » ne peut pas comprendre.

Claire

Lectrice diagonale

Lectrice diagonale

Claire a longtemps lu des manuscrits pour son boulot. C’est donc la mieux armée pour le marathon de longues pages bien fades que représente une rentrée littéraire. Forçat de la lecture, et pas de la meilleure, elle a rapidement impressionné tout le monde par son rythme de trois bouquins par semaine sans être au chômage. Depuis, on a appris qu’elle lisait en diagonale, et on a décidé d’appeler ça le power-reading. Claire est une habituée des remises du Prix Virilo et elle s’enorgueillit (à tort) d’y avoir été appelée (à raison) « petite coquine à moustache » par un journaliste lubrique.

Lina

Méritocrate-rétentive

Au début quota ethnique du jury, cette spécialiste de l’urbanisme s’est imposée avec l’ardeur et la hargne de ceux qui veulent rester pour leur talent. Légitime comme une méritocrate peut l’être -c’est-à-dire en étant un peu relou- tout le monde l’accepte à bras ouverts car c’est la seule à écrire des comptes-rendus convenables et à être vraiment gentille. Depuis qu’un juré l’a définie comme « une personnalité anale-rétentive », tout le monde sait que Lina se vexe rapidement et que a priori, elle ne pratique ni la sodomie ni la psychanalyse de comptoir.

Paul

paul

Humour de crête

Entré dans le jury dès la première année grâce à un quatrain, Paul est resté pour 2 raisons : un nœud-papillon en poils et sa maîtrise des contrepèteries. Paul représente cet humour de crête qui définit le prix Virilo depuis le début et qu’aucun juré ne réussit vraiment à défendre devant ses proches. Les blagues de Paul trébuchent sans jamais tomber dans les abîmes qui les entourent, hésitantes comme des sorties de boîtes bourrées, claudiquant entre dandysme, goût pour l’absurde, enthousiasme prosaïque, soif de reconnaissance, joie du rejet, aspiration au sublime et embrassade de la médiocrité. Mais comme ça on n’a pas d’exemples.

Gaël 

gael

Homme le plus brillant de sa génération.

Gaël est le seul juré capable d’écrire des critiques de trois pages que les autres ont envie de lire. Ça le rend un peu unique et pas mal suffisant… deux qualités nécessaires au prix Virilo. Reconnu « Homme le plus brillant de sa génération » par le jury, Gaël essaie parfois de laisser les autres donner leur avis sans afficher de sourire condescendant. Mais n’est-ce pas la pire des condescendance ? Souvent les jurés s’interrogent. Tout prédisposait donc Gaël à être enfermé dans la tour d’ivoire de son propre brio. Pourtant, ce n’est pas le cas, comme il le prouve à chaque réunion avec ses rimes en -ouilles.

Anne 

Grand écart facial

Anne est petite et souriante, avec une voix enjouée. Quand elle vous fait la bise, c’est d’une joue fraîche et d’un bruit sonore qui rime avec youpi. Mais Anne n’est pas la ravie de la crèche, ooooooh là non. Pole-danceuse émérite, Anne décoche des grands écarts faciaux dans la face des livres avec la dextérité et la sagesse eschatologique d’un JCVD on fire -non sans garder sa petite voix gazouillante et mélodieuse. Il existe un érotisme trouble de la critique méchante. Et Anne le sait.

Thomas

Ami des fontaines

Garant de la bonne tenue graphique du prix et d’une partie de son esprit, Thomas est humble et rougit quand on dit du bien de lui, ce qui est drôle et mignon et c’est la raison pour laquelle on le fait ici. Thomas n’aime pas lire la rentrée littéraire… ça fait de lui un bon juré mais malheureusement, la plupart du temps, il a autre chose à faire que de déchiffrer des romans médiocres pour un public qui n’existe pas. Thomas est donc le type le plus raisonnable ici.

Alys 

Critique très virile

Soyons honnêtes : Alys est certainement la plus virile d’entre nous. On ne peut pas dire pourquoi, on le sait, c’est tout, c’est comme ça. D’abord, ce joli minois cache un rire de camionneur en fin de livraison, et puis il y a cette manière de te prendre par le cou en t’appelant « mon coco », mais pas comme un type qui bosse dans la pub à Paris, plutôt comme un type qui a des bosses dans un pub de Dublin. Après, elle te met une petite tape sur les fesses et si tu es surpris, elle te dit « ooh ooh ça va » et de ne pas faire l’effarouché.

Anne-Sophie 

ass

Pas Stéphanie

Anne-Sophie est un des nouveaux membres. Cela veut dire qu’elle est parfois un peu intimidée par les autres lecteurs, ce qui est drôle quand on les connaît, les autres lecteurs. Elle ne le sait pas encore, mais elle n’a pas encore vécu son bizutage (quand ça arrivera, elle saura tout de suite que ça, c’est le vrai bizutage). Petite, blonde, jeune mère, rédactrice de questions pour les jeux télés et nouvelle au sein du jury, elle trouve effarant qu’on la confonde avec Stéphanie, cette dernière étant très différente puisque blonde, rédactrice de questions pour les jeux télés, petite, jeune mère et nouvelle au sein du jury. Tant de ressemblances impliquent que l’une copie l’autre, et nous savons tous qui c’est.

Stéphanie 

ste

Pas Anne-Sophie

Stéphanie est un des nouveaux membres. Cela veut dire qu’elle est parfois un peu impressionnée par les autres lecteurs, et ça c’est assez cocasse. Petite, blonde, jeune mère, rédactrice de questions pour la télé, nouvelle, elle trouve dingue qu’on la confonde avec Anne-So, qui est, genre, rien à voir, parce que blonde, rédactrice de questions pour les jeux télés, petite, jeune mère et nouvelle.

Au fond, les jurés aimeraient qu’elles fassent une chorégraphie sur la musique de chapi-chapo mais personne ne sait comment leur demander, alors on passe par cette page de présentation. Stéphanie est connue pour n’avoir aucune faille de culture gé. Avoir une question très très pointue sur un roi de France est donc un moyen fiable pour les différencier.

Bérénice

photo berénice

Stakhanov version rentrée littéraire

Bérénice a un prénom de petite fille modèle qui donne des coups de pieds dans les tibias. Et rarement aura-t-on vu intuition aussi justement vérifiée. Côté serre-tête en velours, elle s’enthousiasme sans renverser son thé. Côté bleus aux jambes et griffures près de l’œil, cette rousse incendiaire, fille du feu, consume sur place les œuvres médiocres, non sans se justifier par des références littéraires absconses, que les autres jurés imaginent être du bluff, mais du bluff très cultivé que personne n’ose remettre en cause. Typiquement, en CE1, elle commençait les bagarres mais s’en sortait toujours. Passé 30 ans, ses petites combines de chouchoute fonctionnent toujours à plein, et ça c’est dégueulasse.

Antonin

antonin

Valeur montante

Grosse recrue du mercato estival, Antonin a coûté cher à l’écurie du Prix Virilo car il était courtisé par « de très nombreux prix très littéraires et très prestigieux ». C’est en tout cas ce que Gilberto, son agent brésilien (habitant Athis-Mons après vérification), a dit aux jurés.

Soucieux de s’offrir enfin un attaquant littéraire de pointe, Philippe a décidé d’y croire, en siphonnant la caisse noire du club. « Je pense que ça les vaut » sera donc la phrase de cette rentrée littéraire pour le Prix Virilo 2016, marqué aux sceaux de l’ambition, de l’incertitude et du déficit comptable.

Philippe

Philippe a fondé le prix Virilo mais hésite toujours à le mettre dans son CV.

Président auto-proclamé –à l’africaine comme il le dit sans tact- il est aujourd’hui un peu dépassé par sa république bananière, mais continue d’envoyer des ordres par mails auxquels personne ne répond.

Philippe pense juste et bien. Ses discours sont passionnants et inspirés. Son goût touche à l’universel, c’est un souffle qui témoigne d’une vision ambitieuse de la littérature française.

Philippe a écrit les descriptions des membres du jury.

Président moustachier

 

Jacques-Yves Beigbeder et Perrine Sollers

Perrine et Jacques-Yves, l’une mère de deux mini-amours en Touraine (selon son profil doctissimo), l’autre charcutier-traiteur dans le Morbihan, n’ont pas vraiment demandé à faire partie du Prix Virilo. Ils n’ont pas vraiment accepté non plus.

A très vite pour la remise.

6 Réponses to “Le Jury”

  1. knorr 5 octobre 2012 à 16 h 34 min #

    un jury d’exception pour un prix d’exception, il fallait au moins ça !
    soirée d’exception ? (je quitterais volontiers ma soupière pour jouer les pique-assiette)

    • Prix Virilo 5 octobre 2012 à 18 h 06 min #

      Ce qui est chouette avec la moulinée aux 7 légumes, c’est qu’elle ne déçoit jamais. Toujours prête à faire le poireau au comptoir au risque d’être traitée de patate et de rougir comme une tomate, même si le bouquin est un navet et qu’il flotte une odeur tenace de chou farci.
      Knorr, j’adore.

      • knorr 7 octobre 2012 à 20 h 28 min #

        Ca fait que 5… Malgré mon pois chiche, il ne faut pas me prendre pour une courge. Mais ravie de converser avec des personnes de goût !

        Lisez bien cher jury, rendez-vous le 5 novembre !

  2. Fingal 8 octobre 2012 à 14 h 10 min #

    Je suis particulièrement séduit par ce jury, plus jeune que celui du Goncourt. Or la jeunesse est une vertu. Je tenterai de placer mes futures publications sous la bonne étoile du prix Virilo.

    • Prix Virilo 9 octobre 2012 à 12 h 37 min #

      Une vertu éphémère, à exploiter au maximum tant qu’il est temps! (Jusqu’à quel âge aurons-nous le plaisir d’être taxés de sales jeunes? Sachez que certains d’entre nous souffrent déjà de calvitie précoce et autres problèmes de vue, la situation est grave.)

      Nous serons ravis de pouvoir éplucher vos futures publications, si tant est que l’ironie d’une bande de jeunes moustachus de vous fait pas peur.

      Bien à vous, virilement.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le Prix VIRILO ravigote | Impermanence, le blog d'Anne Bert - Littérature de l'intime - érotisme - - 7 novembre 2014

    […] jury est composé d’une douzaine d’amateurs de littérature, dénués de notoriété dans le milieu littéraire. Mais ça n’a jamais empêché quelqu’un de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :