Le Jury

Les cigares sont prêts. Le fameux duo « rillettes-cognac » est dressé.

Tour de table d’avant-vote.

François H-L

Petite sœur des critiques

François H-L., c’est un peu notre caution « on aime les livres imparfaits mais différents ». Telle une petite sœur des pauvres de la littérature, il a le chic pour aller piocher le petit tirage maladif avec de la morve au nez pour nous convaincre de son potentiel. Cet avocat fait preuve d’une constance dans l’enthousiasme qui force l’admiration. Pourtant, parfois, un livre un peu plus faible ou chétif -nous, on n’a jamais vu la différence- ne trouve aucune grâce à ses yeux. Et là, il le roue de coups à même le sol. Ses critères restent mystérieux et donc impressionnants.

Charlotte

aka Big Gougère

aka Big Gougère

Charlotte a la grâce de celles qui acceptent de ne pas être trop gracieuses pour ne pas infliger de complexes aux autres. Soucieuse de s’intégrer, on la voit donc enquiller pâté et verre de gros rouge avec le charme d’une petite princesse elfe qui a préparé à dîner pour ses copains trolls. Personne n’est totalement dupe, mais elle prend le pli : elle ne le sait pas encore, mais bientôt, elle demandera qu’on lui tire le doigt. En attendant, on la surnomme BG. Pas pour Belle Gosse mais pour Big Gougère.

François

francois

Buffet-vaisselier

François a le bonhomie du mec syndiqué qui est là depuis le début : c’est pas demain que la direction va lui demander des comptes sur le nombre de livre qu’il a critiqué. « Il aimerait bien voir ça » dit-il d’ailleurs en reprenant des rillettes. François fait partie des meubles, certes, mais comme un buffet-vaisselier : quand il vous tombe sur la gueule, ça fait mal et ça fait du bruit. Et puis l’air de rien, c’est super utile, un buffet-vaisselier.

Marine

Lectrice en manque de sommeil

Marine, « membre viril historique » (elle est là depuis le début), personnalise cette règle cardinale du Prix Virilo : quand on doit trouver la perle rare de la rentrée littéraire sans argent et sans temps de lecture, on devient nécessairement exigent et agacé par la médiocrité. Devenue consultante (donc riche) elle a eu le bon goût d’être également maman (donc en manque de sommeil). Autant dire que si un bouquin ne vaut pas les heures de sieste perdues, ça peut très mal se passer.

Claire

Lectrice diagonale

Lectrice diagonale

Claire a longtemps lu des manuscrits et des romans pour son boulot. C’est heureux, car c’est finalement la mieux armée pour le marathon de grosses bouses bien fades que représente une rentrée littéraire. Forçat de la lecture, et pas de la meilleure, elle impressionne tout le monde par son rythme de trois bouquins par semaine et par son appart’ trop stylé. Même si depuis, on a appris qu’elle lit en diagonale et qu’elle avait du piston dans l’agence immobilière.

Lina

Méritocrate-rétentive

Au début quota ethnique du jury, cette spécialiste de l’urbanisme s’est imposée avec l’ardeur et la hargne de ceux qui veulent rester pour leur talent. Légitime comme une méritocrate peut l’être, c’est-à-dire en étant un peu relou, tout le monde l’accepte à bras ouverts car c’est la seule à écrire des comptes-rendus convenables. Depuis qu’un juré l’a définie comme « une personnalité anale rétentive », tout le monde sait que Lina se vexe rapidement et que a priori, elle ne pratique ni la sodomie ni la psychanalyse de comptoir.

Paul

paul

« Le Chinois »

Entré dans le jury dès la première année grâce à un quatrain, Paul est resté pour deux raisons : un nœud-papillon en poil et sa maîtrise des contrepèteries avec les termes Nothomb, Pancol ou Zeller. Depuis qu’il est revenu de Chine, (« mais pas à pied », comme il le rajoute souvent) Paul a cessé de demander à des VIE de lui faire des fiches de lectures. C’est un nouveau défi que cette rentrée.

Gaël

gael

Homme le plus brillant de sa génération.

Gaël est le seul juré capable d’écrire des critiques de deux pages que les autres ont envie de lire. Ça le rend un peu unique et pas mal suffisant… Deux qualités nécessaires au prix Virilo. L’embêtant, c’est plus son rapport littéral aux choses : pour Gaël, le Prix Virilo impose d’être « virilement lettré ». Dans le meilleur des cas, il drague sensuellement en parlant de Pierre Jourde. Nous ne sommes pas responsables de tous les autres cas.

Anne

Anne-Rufus

Anne est petite et souriante, avec une voix enjouée. Quand elle vous fait la bise, c’est une joue fraîche et un bruit sonore qui rime avec youpi. Anne, on lui fait confiance pour être gentille. Malheureusement, Anne lit beaucoup, a des standards assez élevés et aucun scrupule à dégommer -de sa petite voix gazouillante et mélodieuse- un livre un peu fade et qui dans ses termes « ne vaut pas son poids en lisier ». Certains pensent que quand elle parle comme ça, elle est en fait possédée par un démon que nous appelons entre nous « Rufus ».

Thomas

Ami des fontaines

Thomas est batteur dans un groupe punk et il aime cueillir des coquelicots. Thomas est un personnage précieux, garant de la bonne tenue graphique du prix et d’une partie de son esprit. Il ne faut pas dire trop de bien de Thomas, sinon il rougit et il ne veut plus revenir. Fun fact – Après des badges, des marque-pages, un chèque géant, des bandeaux et des diplômes de remise, Thomas a pour ambition de fournir le Prix Virilo en goodies vraiment différenciant : des Pin’s Trop Virilo, reprenant quelques citations des livres vainqueurs. Dans 5 ans, ça vaudra une fortune.

Alys

Critique très virile

Soyons honnêtes : Alys est certainement la plus virile d’entre nous tous. On ne peut pas dire pourquoi, on le sait, c’est tout, c’est comme ça. D’abord, ce joli minois cache un rire de camionneur en fin de livraison, et puis il y a cette manière de te prendre par le cou en t’appelant « mon coco », mais pas comme un type qui bosse dans la pub, la publicité, plutôt comme un type qui bosse dans un pub, un bouge dégueulasse de Dublin. Après, elle te met une petite tape sur les fesses et si tu es surpris, elle te dit « ooh ooh ça va » et de ne pas faire l’effarouché.

Alexandre

Alex Mustache NB

Juré « Power-Reading »

Alexandre est le petit nouveau de la rentrée. Il a mis tout le monde d’accord en expliquant qu’il avait parfois des places gratuites dans des restaurants étoilés et en prouvant qu’il savait reconnaître un livre mauvais en moins d’une page de lecture. Depuis, on appelle ça le « power-reading » et on essaie de poser un brevet dessus. Plusieurs autres projets sont sous son patronage, dont un générateur automatiques d’images pour couverture Acte Sud, et un machine à recycler les livres de chez Grasset.

Bérénice

photo berénice

Stakhanov version rentrée littéraire

Bérénice a un prénom de petite fille modèle qui donne des coups de pieds dans les tibias. Et rarement aura-t-on vu intuition aussi justement vérifiée. Côté serre-tête en velours, elle s’enthousiasme sans renverser son thé. Côté bleus aux jambes et griffures près de l’œil (car elle vise l’œil) cette rousse incendiaire, fille du feu, consume sur place les œuvres médiocres, non sans se justifier par des références littéraires absconses, que les autres jurés imaginent être du bluff, mais du bluff très cultivé que personne n’ose remettre en cause. Typiquement, en CE1, elle commençait les bagarres mais s’en sortait toujours. Passé 30 ans, ses petites combines de chouchoute fonctionnent toujours à plein. Et ça c’est dégueulasse.

Philippe

Président moustachier

Philippe a fondé le prix Virilo, et ne s’en remet toujours pas car il le répète en moyenne trois fois par séance. Président auto-proclamé –à l’africaine comme il le dit sans tact- Philippe est aujourd’hui un peu dépassé par sa petite république bananière, mais il fait comme si il tenait les rênes en envoyant des ordres par mails auxquels personne ne répond. Depuis que le prix a été rendu à Eric Chevillard, auquel il voue un culte malsain, il estime que le jury a dépassé ses attentes.

Philippe pense juste et bien. Ses discours sont passionnants et inspirés. Son goût touche à l’universel, c’est un souffle qui témoigne d’une vision ambitieuse de la littérature française.

Philippe a écrit les descriptions des membres du jury.

Jacques-Yves Beigbeder et Perrine Sollers

Perrine et Jacques-Yves, l’une lycéenne en Touraine, l’autre charcutier-traiteur dans le Morbihan, n’ont pas vraiment demandé à faire partie du Prix Virilo. Ils n’ont pas vraiment accepté non plus.

A très vite pour la remise.

6 Réponses to “Le Jury”

  1. knorr 5 octobre 2012 à 16 h 34 min #

    un jury d’exception pour un prix d’exception, il fallait au moins ça !
    soirée d’exception ? (je quitterais volontiers ma soupière pour jouer les pique-assiette)

    • Prix Virilo 5 octobre 2012 à 18 h 06 min #

      Ce qui est chouette avec la moulinée aux 7 légumes, c’est qu’elle ne déçoit jamais. Toujours prête à faire le poireau au comptoir au risque d’être traitée de patate et de rougir comme une tomate, même si le bouquin est un navet et qu’il flotte une odeur tenace de chou farci.
      Knorr, j’adore.

      • knorr 7 octobre 2012 à 20 h 28 min #

        Ca fait que 5… Malgré mon pois chiche, il ne faut pas me prendre pour une courge. Mais ravie de converser avec des personnes de goût !

        Lisez bien cher jury, rendez-vous le 5 novembre !

  2. Fingal 8 octobre 2012 à 14 h 10 min #

    Je suis particulièrement séduit par ce jury, plus jeune que celui du Goncourt. Or la jeunesse est une vertu. Je tenterai de placer mes futures publications sous la bonne étoile du prix Virilo.

    • Prix Virilo 9 octobre 2012 à 12 h 37 min #

      Une vertu éphémère, à exploiter au maximum tant qu’il est temps! (Jusqu’à quel âge aurons-nous le plaisir d’être taxés de sales jeunes? Sachez que certains d’entre nous souffrent déjà de calvitie précoce et autres problèmes de vue, la situation est grave.)

      Nous serons ravis de pouvoir éplucher vos futures publications, si tant est que l’ironie d’une bande de jeunes moustachus de vous fait pas peur.

      Bien à vous, virilement.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le Prix VIRILO ravigote | Impermanence, le blog d'Anne Bert - Littérature de l'intime - érotisme - - 7 novembre 2014

    […] jury est composé d’une douzaine d’amateurs de littérature, dénués de notoriété dans le milieu littéraire. Mais ça n’a jamais empêché quelqu’un de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :