Règne animal, de Jean-Baptiste Del Amo

23 Oct

Lu par… Charlotte

critique2

Pelage terne

 

L’histoire de Règne animal commence bien. Nous sommes en 1898, au cœur d’un élevage de cochons, la terre est grise et froide, les personnages durs au mal, et des odeurs aigres jaillissent presque de pages qui nous plongent très vite dans une atmosphère rude. Il y a quelque chose d’un Germinal porcin dans cette première partie du livre. 

A ce moment, on se retient encore de penser qu’un nouveau chef d’œuvre est entre nos mains mais on se plaît à croire que le 4e de couverture dit peut-être vrai quand il promet « un grand roman sur la dérive d’une humanité acharnée à dominer la nature, et qui dans ce combat sans pitié révèle toute sa sauvagerie – et toute sa misère. » Malheureusement, à l’épreuve des pages qui se tournent, l’expérience de départ ne tient pas. Si l’auteur a fourni un travail incontestable pour entraîner le lecteur au cœur de cette ferme et de ses habitants (amis férus de Scrabble, vous serez comblés), n’est pas écrivain de saga familiale qui veut.

Le rythme du début s’enlise un peu comme les bottes dans le purin. La musicalité du texte se brise et finit par nous éloigner des personnages, dont les portraits ne sont pas tous aussi léchés. On s’est attaché à Eléonore petite, on a craint sa mère et pris son père en pitié. On a voulu approcher Marcel, mais il nous est vite retiré. On s’est posé des questions sur Jerôme, Catherine, Julie-Marie, Gabrielle mais à ce stade du récit, on a perdu la patience d’attendre des réponses. Peut-être que Jean-Baptiste Del Amo a voulu trop en faire, trop en dire.

Il y a un peu de « trop » dans ce livre. A ce propos, on regrette – en même temps qu’on souligne – les nombreuses tentatives de l’auteur d’inscrire son œuvre au palmarès du prix Trop Virilo. C’est vrai qu’au milieu de la campagne hostile, de porcs malades et de vies molestées, le foutre des uns et des autres trouvait une place de choix. Avis aux jurés !

.

national-beard-and-moustache-championships-2013-3

Juré mimant Règne animal à ses camarades

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :