La magie dans les villes, de Frédéric Fiolof

22 Oct

Lu par… Bérénice

.

1moustache

Magie glabre

.

 

Je serai honnête : je n’en ai lu qu’un tiers avant que ce livre me tombe des mains. Par acquit de conscience, j’ai lu les deux dernières pages et un paragraphe entre le premier tiers et la fin. S’il avait alors été possible de plus s’ennuyer que pendant les premières pages, je l’aurai fait. Néanmoins, contrairement à certaines, je ne vous ferais pas l’affront d’imposer une seconde lecture.

D’aucuns diront que ce roman est poétique.

Au sens de « forcé, présomptueux et ennuyeux », c’est en effet le cas. L’ensemble est décousu, prétendument à dessein, mais si les petites étoiles qui séparent les paragraphes/mini chapitres sont jolies, ça donne tout de même un peu l’impression que l’auteur tire à la ligne.

Quand on me vend de la magie, j’aime en trouver. Ici, je n’ai lu que des phrases qui ont l’air d’être pensées indépendamment les unes des autres, puis juxtaposées. Au demeurant, l’ensemble fonctionne à peu près mais ça sent tellement la recherche de style, façon autoportrait de l’artiste, que ça fatigue vite. Quitte à faire apparaître un fantôme, j’aime autant lire ceux qui se manifestent aux sœurs Verdelaine dans Quatre sœurs, roman pour ado de Malika Ferdjoukh, beaucoup plus poétiques et émouvants.

Faute d’histoire palpitante, ou à défaut d’un style engagé et élégant, de poésie, de magie, de rire, c’est donc un échec.

 

goshman-publicity

L’ennui dans la magie

 

.

.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :