Le bon fils, de Denis Michelis

14 Oct

Lu par … Gaël et Beybey

 

critique2

Y a un poil dans mon prozac

.

Le pitch est troublant : un père et son fils, une nouvelle vie dans une nouvelle maison à la campagne, un mystérieux ami qui resurgit du passé. Ça sent la métaphore gracqienne, voire le conte fantastique.

.

Le bon fils -

Fig 1 : Test de Rorschach

.

D’ailleurs, de Gracq, beaucoup d’italiques (topos 2016 ?), et du conte fantastique c’est plutôt l’atmosphère de Poe qui émerge (la mystérieuse porte de cave du début y fait beaucoup).

On se dit que ça part bien, Michelis arrive à instaurer une espèce de trouble gluant qui pousse à dire au héros, comme dans un film d’horreur tendance psychologique, « mais casse-toi imbécile, il est encore temps de faire demi-tour ». Sauf que lorsque le héros est un ado, que son prénom change en cours de route (excellente idée finalement peu aboutie) et que dans sa tête c’est compliqué, ça devient une gajeure.

En fait on a rapidement envie de lâcher ce roman qui n’arrive pas à décoller (envie réalisée pour 50 % du panel de lecture). Les monologues de l’adolescent exclu et maltraité par son père narcissique sont un peu convenus, la langue ado certes mais trop plate. La maison occupée mais à peine habitée est un peu trop étouffante.

Nous attendions une ouverture vers ailleurs (la cave s’ouvre finalement mais d’Edgar Allan point, on se retrouve déçus par cet endroit trop convenu), pas forcément un espoir mais du volume, de l’arrivée du mystérieux Hans. Ça n’a pas décollé assez rapidement. La déprime doit être flamboyante, ou elle ennuie vite.

.

asleep-on-bible

Fig. 2 : Juré sous hypnose

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :