L’interlocutrice, de Geneviève Peigné

28 Oct

Lu par Bérénice

Moustache imaginaire

Quasi-moustache

Relativement court, ce livre reste trop long puisqu’il sert de faire-valoir à l’auteure qui essaye désespérément de se convaincre qu’elle a été une bonne fille pour sa mère atteinte de démence.

C’est très dommage puisque l’insertion des photocopies de pages des livres annotés par Odette (la mère) est une très bonne idée et qu’au surplus, si Odette avait publié seule, elle aurait sans doute obtenu 3 moustaches.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :