Boussole, de Mathias Enard

28 Oct

Lu par Gaël

Barbiche shizophrène

Barbiche voyageuse

Mathias Enard reprend les ingrédients qui font ses talents, après une très décevante Rue des voleurs.

Une longue méditation nocturne, à la poursuite d’une femme et de soi-même. On pense à Butor, on voyage beaucoup, un beau roman, où l’érudition sert pratiquement tout le temps le propos.

Afficher l'image d'origine

Membre du jury du Virilo après une séance intensive de lecture de romans de voyage.

D’autres romans de Mathias Enard chroniqués pour votre plus grand plaisir par ici et aussi par là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :