2084 La fin du monde, de Boualem Sansal

25 Oct

Lu par Gaël

Irritation de peau

Réaction cutanée

Le Virilo a choisi de se singulariser en ne faisant pas figurer 2084, la fin du monde, de Boualem Sansal parmi ses finalistes. Le roman est pourtant partout : au jour où nous mettons en ligne, il figure encore sur les listes finales du grand prix du roman de l’Académie française, du Goncourt et du Femina ; il figurait également sur la première liste du Renaudot. Belle unanimité ! La rentrée littéraire est coutumière de ces engouements pour des livres qui seront oubliés quelques années plus tard. S’il ne s’agissait que de cela, il n’y aurait pas lieu de s’appesantir. Mais pour une fois, ces classements semblent en dire plus long sur l’état des esprits que sur celui des rapports de force entre grandes maisons du Faubourg Saint-Germain.

Epargnons-nous le synopsis du roman : on en trouve partout de très bons résumés. Evacuons également tout de suite le sujet des qualités littéraires de l’objet : elles sont maigres. L’ouvrage est lourd, à tel point qu’aucun juré n’a réussi à le terminer. L’humour est convenu, voire potache. Défaut fréquemment pointé, mais qui devrait être rédhibitoire à ce niveau de reconnaissance, la narration est entrecoupée de réflexions filandreuses sur la politique, la manipulation, le rapport à la vérité.

Pour moi le défaut le plus grave réside pourtant dans le manque de point de vue. Le roman d’anticipation décrivant des futurs totalitaires est désormais un genre bien balisé et on devrait savoir ce qui fonctionne : soit la description froide des mécanismes de pouvoir à l’œuvre, qui laisse le lecteur se faire son avis, à la Meilleur des Mondes. Soit le dévoilement progressif, du point de vue d’un « citoyen lambda » auquel est progressivement accordé la grâce (ou la malédiction) de la lucidité et de la vérité. C’est ce deuxième topos qui est ici adopté, dans la lignée de 1984 dont le roman se réclame jusqu’à son titre.

Mais en tentant de se jucher sur les épaules des géants, on peut en tomber ; le risque est alors grand de se faire fouler aux pieds par ces sommités inattentives aux affaires des hommes ! La comparaison est en effet cruelle car Boualem Sansal renonce à tout bout de champ à son point de vue, au profit de blagues potaches ou démonstrations susmentionnées ou, plus grave, d’un dévoilement non ancré dans le regard de son héros. On dirait que la leçon n° 1 de la théorie romanesque pour les nuls : « narrateur et personnage » mériterait d’être méditée.

Sur le fond, les mécanismes totalitaires décrits sont des classiques du genre. C’est Fahrenheit 481 saupoudré de Mad Max, où les pompiers seraient remplacés par des mollahs. Bref, le roman n’est pas très intéressant, ni bien construit.

La fusion entre totalitarisme à l’ancienne et intégrisme musulman, entre les imaginaires de Raymond Aron et de Ben Laden, est ratée. Un pays où Daesh parviendrait à durablement dominer ne ressemblerait sûrement pas à ce qui est décrit. L’auteur, très marqué à titre personnel par la montée de l’intégrisme religieux en Algérie et le drame que connaît son pays, se trompe sans doute de cible et d’analyse : si le FIS et Bouteflika ont tous deux concouru à la ruine morale de leur pays, l’union de leurs descendants serait un événement politiquement très improbable (la situation en Egypte le montre d’ailleurs très bien). En revanche, le monde décrit pourrait bien être celui que nous réservent Google et consorts, en remplaçant « religion » par « innovation ».

La rentrée littéraire professe un apolitisme bon teint : rares sont les livres aussi ouvertement politiques à atteindre ce niveau de « compétition » littéraire. Et 2084 ne brille pas par sa forme, il a été vendu comme un pamphlet, comme un livre qui a « quelque chose à dire » à ses lecteurs et au monde.

 

On ne peut donc se départir d’une désagréable sensation : si ce roman plaît, c’est parce qu’il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Le monde de l’édition n’a pas franchi le pas : Onfray et Houellebecq ne sont pas encore des auteurs respectables. En revanche, Boualem Sansal, qui est arabe, est totalement Charlie : sa souffrance personnelle devant l’état de son pays peut servir de costume bon teint à un anti-islamisme primaire caractérisé.

 

Le poison du racisme et de l’islamophobie a donc atteint la tête, qui se cherche encore des « amis noirs » mais qui n’hésitera sans doute pas dans deux ou trois ans à récompenser un jeune talent ouvertement raciste.
Afficher l'image d'origine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :