Entre les deux il n’y a rien, de Mathieu Riboulet

24 Oct

Lu par Bérénice

Barbiche shizophrène

Moustache rebelle

Il y a beaucoup, pourtant, dans cette courte période de l’après-68 qui sert de repère à Riboulet pour évoquer le désespoir de la lutte inutile et le repli honteux et contraint devant les puissances gagnantes, capitalisme ou sida.

De très belles pages d’anarchie.

Afficher l'image d'origine

Sur les pavés, la moustache

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :