Berezina, de Sylvain Tesson

15 Juin

Edition Guérin

Lu par Un David

Moustache rasée de près

Moustache rasée de près

Berezina

Vroom vroom

Sylvain Tesson raconte son épopée en side car sur les traces de la retraite des troupes napoléoniennes, deux-cents ans après leur déroute. Après la glande au lac Baïkal, le baroudeur conteur met cette fois-ci son art de l’observation en mouvement et récite son road trip copier/coller au cœur d’un hiver qui en 1812 avait croqué les grognards un à un, leurs chevaux et les derniers espoirs de grandeur de l’Empire.

Accompagné de ses deux compères Goisque et Gras (bien que la carte en introduction n’évoque que « le voyage de Sylvain Tesson ») il ne se contente pas de rendre hommage à ces centaines de milliers de soldats sacrifiés, ou de louer l’inépuisable Empereur, non, Sylvain Tesson veut vivre leur souffrance, sentir leurs blessures, goûter leur courage. Et là l’intention écrase le projet. Parce que faire Paris-Moscou en side car en 12 jours, même en décembre, est heureusement incomparable avec ce que vécurent les troupes dévorées par le froid, à pied, durant les 2 mois de la retraite. Alors Tesson s’en excuse, comme il s’excuse de parfois dévier de la route exacte de Napoléon. A coup de réflexions profondes et imagées sur la disparition du sens du sacrifice, sur notre dépendance au confort matériel, Sylvain Bonaparte nous embarque dans son délire nostalgique d’une époque qu’il n’a lui même pas vécue, jusqu’à sérieusement suggérer que si on en bavait un peu plus et qu’on arrêtait d’aller chez le psy, alors on serait de nouveau capable de « surenchérir d’enthousiasme à l’idée de nous sacrifier pour une idée abstraite, supérieure à nous même, pour un intérêt collectif et pour l’amour d’un chef ». Sylvain, ça, c’est réac.

Virilo - Le sacrifice

Baroudeur surenchérissant d’enthousiasme avant son sacrifice pour l’amour d’un chef

Le volet historique, incrusté dans le récit, touche quant à lui les amateurs d’histoire romancée façon Lapierre-Collins. Précis, remarquablement documenté, mis en vie, et touchant. Du moral des soldats aux décisions de l’Empereur, c’est à se demander si Sylvain ne se cachait pas dans un buisson entre Smolensk et Smorgoni en novembre 1812. Finalement c’est peut-être ce qu’on aurait préféré lire : un roman historique.

Stratège russe fier de son génie

Quand il déclare son amour à l’homme russe, infatigable dans son combat contre la pollution occidentale des esprits, ou encore qu’il rétablit l’image de la traversée de la Berezina, une réussite relative malgré l’usage populaire, Sylvain Tesson nous épargne quelques minutes du « baroudeur » qui n’en revient pas de sa propre folie et de son propre courage. Mais voilà, ce dernier prend quand même beaucoup de place, et si on s’impressionne de la folle marche napoléonienne, on a vraiment hâte que le side-car arrive à Paris…

D’autres romans de Sylvain Tesson chroniqués par nos soins ici

Une Réponse to “Berezina, de Sylvain Tesson”

  1. Popo 16 juin 2015 à 15 h 41 min #

    En gros, le livre aurait pu s’appeler « Sur la Marche de l’Empereur »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :