Le Bal des Hommes, de Gonzague Tosseri

3 Oct
Moustaches de poilus

Poilu & Moustachu

Editions Robert Laffont

Lu par Benoit

 

Connaissez-vous le concept des films à Oscar ? Ces films qu’on dirait avoir été spécialement conçus pour rafler des statuettes, mettant tout en œuvre pour que leurs acteurs-stars livrent la prestation la plus poignante ? Hé bien, il est possible qu’une nouvelle espèce, littéraire cette fois, soit en train de voir le jour : les romans à Virilo.

 

CoverEn effet, comment ne pas voir dans Le Bal des Hommes un appel du pied évident à nous autres vils et virils jurés, déjà de par le titre bien sûr, mais aussi avec cette histoire déjantée que l’on nous sert, mettant en scène le moustachu le plus taiseux de la police parisienne face au milieu le plus interlope des hommes aimant les hommes ? La ficelle est presque trop grosse… et inutile pourrait-on dire, puisqu’au final toute cette flatterie ne vaudra pas une bonne bouteille de Dom Perignon 1995. Enfin… Reprenons depuis le début, et passons sans plus tarder cette œuvre au peigne fin.

 

Blèche, un ex-poilu chez les épilés

L’histoire débute en 1934, lorsque deux fauves du zoo de Vincennes sont découverts morts au petit matin, leurs sexes mystérieusement tranchés et subtilisés. Pour les grands pontes de la police cela ne fait aucun doute : ce vol de chibres pue le trafic d’aphrodisiaques pour homosexuels. Et c’est donc tout naturellement qu’ils mettent l’agent Blèche, dit la Carpe, sur l’affaire.

 

Solitaire et ténébreux, Blèche a la torgnole facile et la mémoire prodigieuse. Il est surtout le meilleur connaisseur du milieu inverti de la capitale, informé aussi bien par ses mondains les plus fortunés que par ses junkies plus minables. C’est donc avec lui – et quel meilleur guide ! – que nous plongeons dans le Paris gay et camé des années 30, cabossé et poisseux, où chacun trouve ses propres solutions aux brûlures de la vie…

 

Gendarme

Moustache partout, justice nulle part

Le plaisir d’écrire

Autant le dire d’emblée, ce roman écrit à quatre mains est une réussite : l’univers est original, le ton déluré, l’époque très bien retranscrite. Les personnages sont merveilleusement bien campés, avec un sens aigu du détail, depuis le héros Blèche jusqu’aux personnages les plus secondaires. Quant à l’écriture, elle fait preuve d’une maîtrise enthousiasmante : travaillée sans gêner la fluidité de l’histoire, employant un vocabulaire riche et précis, cherchant régulièrement une tournure originale et intéressante pour dire les choses. Les auteurs s’amusent d’ailleurs à exhumer des mots méconnus de la langue française, comme chattemite, boucanage, julots, bistre, margrave, chitineux, boyautant, on en passe et des meilleurs, ce qui se révèle assez sympathique.

 

Toutes les bonnes choses ont une fin, sauf la moustache

Le seul bémol que nous formulons concerne l’intrigue : les auteurs prennent un plaisir évident à raconter leur histoire, mais ils lui imposent parfois des virages tellement brutaux qu’on en vient à perdre de vue ce qui est censé nous tenir en haleine. Gonzague & Tosseri nous donnent plusieurs fois l’impression de se désintéresser eux-mêmes des intrigues qu’ils viennent de mettre en place, abandonnant un récit pour un nouveau, si bien que l’enjeu global de l’histoire n’est pas toujours clair. Le dernier acte fournit certes une réponse globale, faisant fusionner les différentes intrigues, mais le liant arrive peut-être un peu tard.

 

Enfin, ce défaut enlève peu à l’attrait du livre. « L’intelligence constitue un bon bouclier contre les coups durs de la vie » nous disent les auteurs. Nous répondrons que Gonzague & Tosseri sont de bons coups littéraires, dont nous suivrons avec intérêt les prochaines parutions. Bravo !

Une Réponse to “Le Bal des Hommes, de Gonzague Tosseri”

  1. MH 12 octobre 2014 à 16 h 12 min #

    Critique tout à fait pertinente. Bravo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :