La Révolution française, de Louis-H de La Rochefoucauld

30 Sep
duvet frotti

Rasoir Guillotine

Editions Gallimard (L’Infini)

Lu par Philippe

« Nous sommes issus d’un peuple qui a beaucoup souffert » Tonton David

Livre fin de race

Roman fin-de-race

Le pitch du livre est prometteur : L-H de La Rochefoucauld, jeune velléitaire, imagine que son spleen de génération Y est en fait une mélancolie aristocratique. Sa vie est un peu minable, mais Louis-Henri a trouvé le coupable : lui et les siens sont issus d’une famille qui a beaucoup souffert, et assez injustement d’ailleurs, de la Révolution et de la France. Au même titre qu’un fils de harki, Louis-Henri est une victime.

Avec l’humour et l’opiniâtreté des vrais aigris (et donc non sans lourdeur), le narrateur va alors égrener les récits de ses glorieux anciens, tentant en vain de faire entrer sa petite vie médiocre dans la grande lignée de la loose rochefoucaldienne.

Le roman fin-de-race

Tout ça aurait pu être agréable ; c’est un peu érudit, c’est distancié. Les critiques obligatoires (pédanterie et suffisance) sont annihilées par le projet d’écriture : c’est un petit con d’aristo mal dans sa peau qui nous parle.

Le juré après lecture

Le juré après lecture

Hélas, l’autofiction -même parodique- touche assez vite les limites de son genre : c’est autocentré, ça n’a rien à raconter et surtout, on s’en fout pas mal. Le lecteur est un peu dans la peau de ce mec coincé à une table de mariage à côté d’un nobliau bourré, ce dernier ne se rendant pas compte que refaire l’histoire de France par ses ancêtres, ça n’est pas captivant.

En somme, un rare cas de littérature fin-de-race : l’auteur a des souvenirs d’élégance, des rumeurs de style, une position sociale élevée (Gallimard nrf, tout de même) mais une fâcheuse tendance à se croire passionnant de facto. Reste l’interrogation éditoriale : pourquoi l’a-t-on laissé se triturer le nombril devant tout le monde ? Un peu d’humour n’excuse pas tout. Et de nous souvenir qu’à une certaine époque, on guillotinait pour moins que ça.

Qu’on lui coupe la moustache !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :