Province terminale, de Damien Malige

10 Sep

Duvet terminal

Gallimard, « L’Arpenteur », 180 pages

 Lu par Philippe

Je est un autre, en tout cas on l’espère pour lui…

Voilà ce que l’on est tenté de penser à propos de l’auteur la dernière page lue. Son héros est un jeune homme en classe de terminale, vivant dans une province floue et semi-urbaine, au sein d’une famille bourgeoise… Et il file un mauvais coton ce p’tit merdeux : Défonce à l’alcool, cercles néo-nazis, cauchemar obsessionnel prennent vie par la plume subjective, efficace et parfois ornée de l’auteur.

Entre l’Eros et (surtout) le Thanatos d’une fin de lycée, Malige peint avec talent les dernières illusions romantiques violées, la douleur lorsque les repères disparaissent, l’ennui et la médiocrité desquelles on ne peut s’extirper, bref, l’adolescence.

(Alors vous allez me dire « Dis donc, t’as passé une drôle d’adolescence »…)

Le Las Vegas Parano de Châteauroux

Le terrible duvet long

Le livre est réussi à bien des égards : Il aborde des thèmes riches sous-traités dans la rentrée littéraire (la bourgeoisie de province et son adolescence, les engagements mous…), il anime la petite frappe de héros avec brio et empathie, mais il surprend surtout par le malaise constant et oppressant qui suinte des pages. Voilà le vrai tour de force.

Vous avez un temps pensé que Cure avait tout pompé à Indochine ? Vous allez peut-être adorer ce livre. L’auteur nous offre là une sorte de Las Vegas Parano français, mais en plus malsain.

« Jamais, jamais d’un coup deux lièvres » Joey Starr 

Hélas, le résultat reste vain, car l’auteur court trop de lièvres à la fois, emberlificote le coeur du roman d’un suspens maladroit car bâclé. Les dernières pages partent en sucette et pourraient donner un nouveau sens au livre si elles n’étaient balancées en deux chapitres rapides. C’est rare de dire cela, mais il manque à ce livre 100 pages.

NB : Enfin marquera-t-on au stylo 4 couleurs, et dans son agenda, la magnifique exergue de Desnos en première ligne du roman, tout en réfléchissant au problème que pose les trop bonnes citations : «Ils ne se forment aucune idée du mal lui-même, cette énorme aspiration du vide, du néant. Car si notre espèce doit périr, elle périra de dégoût, d’ennui.» C’est bien là le programme de vos 180 prochaines pages.

2 Réponses to “Province terminale, de Damien Malige”

  1. DF 8 juillet 2014 à 14 h 56 min #

    Je viens de le commencer… et retombe donc sur votre excellent blog. Une précision: l’exergue que vous citez est de Bernanos…

    A quand le Prix Virilo 2014? Les moustaches frémissent-elles déjà?

    • Prix Virilo 15 septembre 2014 à 7 h 46 min #

      Oui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :