Repas de morts, de Dimitri Bortnikov

19 Sep

Editions Allia

Lu par Lina

Ce livre ne vous laissera pas déjeuner en paix

Rasoir

35 pages sur les 188… Record battu ! Julien s’est arrêté à 5… mais je n’ai pas réussi à aller plus loin dans cette écriture drue, piquante et insaisissable comme une moustache russe…

De ce long monologue où l’on est très vite perdu dans le temps et dans l’espace, ne retenons que :
– Les premiers paragraphes trop virilo : « Je me masturbais quand mon père a appelé. J’avais la force de me lever pour baisser le son du porno. Il y avait même un chien joyeux comme un jeune ours et une femme qui avidement gobait son sperme »
– La quatrième de couv’ qui n’en dit pas trop sur le livre : « J’ai rien à faire là »
– Le prix relativement modique : 9€

Pour tous ceux qui voudraient en savoir plus, tâchez de battre mon record !

________________________________________________________________

Lu par Julien

...-moi-le-noeud ?

Rasoir

Rendons grâce à Dimitri pour son invention: la phrase en quatre mots. Avec sa variante, en cinq.

Fier comme un ours, notre cosaque en use et en abuse.

Perso, j’ai tenu cinq pages, avant de passer cul sec à la quatrième de couv’.

—- Nasedrovié!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :