Le coeur régulier, d’Olivier Adam

10 Oct

L’Olivier

Lu par Marine

L’auteur de « Je vais bien ne t’en fais pas » est du genre constant. Rien à dire, c’est très bien construit, écrit etc. Ca se lit même très bien. Mais franchement, que c’est conformiste (et donc assez plat)… Les critiques de l’héroïne envers son milieu bourgeois, son « parfait petit mari » sont d’un gnangnan absolu à vouloir nous mettre le doigt bien en évidence dessus. Dommage car situer l’intrigue principale dans ces fameuses falaises japonaises à suicide était bien vu, intéressant et fournisseur facile d’une atmosphère originale. Je cite un ami très cher (peu intéressé par le syndrome rentrée littéraire, vous verrez) : « J’avais un peu honte d’acheter ce type de livre, pas de la grande littérature. Mais je dois dire que cette littérature de parc est quand même agréable à lire ». Sic. Ce compliment à l’envers résume bien la situation, je trouve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :