La délicatesse, David Foenkinos

19 Oct

Gallimard

Lu par Thomas

Le mari de Nathalie meurt lors de son jogging un dimanche après-midi. Pourra-t-elle aimer un autre homme le lendemain ? Une histoire d’amour impossible entre un petit gratte-papier et sa responsable inaccessible ne fait plus rêver. Sur fond  de « boboïsme » parisien et d’apartés inutiles (la recette du risotto aux asperges??), ce roman est à lire en dilettante sur une plage pluvieuse de Palavas. La délicatesse revêt alors plusieurs définitions sans jamais surprendre. Foenkinos s’embourbe dans une mélasse de sentiments superficiels et de lieux communs (toi aussi, petit employé de bureau, tu peux avoir la vie de l’élite). A éviter donc, même pour ceux qui viennent de terminer le dernier Levy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :