Ce que je sais de Vera Candida, de Véronique Ovaldé

14 Oct

L’Olivier

Lu par Marine

L’auteur narre le destin de quatre générations d’une lignée féminine vivant dans un pays imaginaire d’Amérique latine et qui en concentre les principaux maux historiques. Il ne s’agit pas d’une saga en tant que telle, Vera Candida, la troisième représentante de cette lignée étant le véritable sujet du roman.

L’écriture est habile et réussit à faire de ce roman une sorte de conte, sans éléments fantastiques cependant. Au contraire, tout ce qui y est décrit semble furieusement réel, comme un condensé mythique de la réalité à la fois de la souffrance et de la force du genre féminin, qui refuse la position de victime. La vie n’épargne pas ces femmes mais l’ensemble est enchanteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :