Les veilleurs, de Vincent Message

13 Oct

Seuil

Lu par Nicolas

Ce premier roman, encensé par de nombreux critiques littéraires ne tarissant pas d’éloges sur « l’ambition » de son auteur, a été lu avec l’envie de découvrir.

Ca commence comme un polar (le lecteur bienveillant accepte tous les clichés – héros flic grand buveur de café en difficultés sentimentales, à la carrière heurtée), entrecoupé de pseudo-psychiatrie (le psychiatre est bien sûr iconoclaste, mal jugé par ses pairs).

Et ça rebute vraiment lorsqu’il est question de villa à cloisons mobiles, labyrinthe à retrouver la mémoire, et plus encore – dans les rêves du second héros – d’une bande de mendiants aveugles révoltés. Ajoutez-y les noms transparents (Dr Traumfreund – « ami des rêves »), le désert « qui avance » et une mauvaise mixture d’heroic fantasy …

A la lecture, Vincent Message paraît avoir surestimé l’ambition de ses moyens. Reste une énigme: pourquoi de telles louanges?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :