Les sentinelles, de Bruno Tessarech

12 Oct

Grasset

Lu par Sophie

Voici un roman qui se lit vite, se dévore presque.

Bruno Tessarech, qui se présente comme historien autant que romancier, cherche à répondre à la question peu originale mais toujours aussi porteuse : « Qui savait quoi de la Shoah pendant la guerre? « .

Seulement, l’auteur peine à donner de l’étoffe à ce roman plaisant – malgré un rythme dense (mosaïque de « sentinelles » qu’on retrouve tout au long du récit) et un sujet vendeur (lucidité de quelques héros face au sort des Juifs contre l’aveuglement du plus grand nombre).

En fait, une écriture qui cède à la facilité, des erreurs historiques (Maurice Dejean à Londres en 1940 ; le poste de CNAE en 1940 quand il n’est créé qu’en septembre 1941, etc.) et un certain manichéisme agacent à la lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :