Le patron, de Célia Houdard

12 Oct

P.O.L.

Lu par Paul

Quelque part dans la France des années 1980, un enfant de banlieue quitte ses parents pour venir s’installer chez un vieux professeur de médecine.  Ensemble (c’est tout), ils vivent une vie pleine de joies et de peines.

Cette petite fable des temps modernes est assez agréable à lire et trouvera facilement sa place dans les rêveries d’un dimanche après-midi. Elle ne laissera cependant pas de souvenir impérissable.

_________________________________________

Lu par Stéphane

C’est un roman très court racontant l’histoire d’un jeune adolescent d’origine algérienne qui refuse de suivre ses parents, lorsque ces derniers décident de quitter la France pour vivre en Kabylie.

Il fugue et est recueilli par un médecin assez âgé, qui va l’héberger. S’ensuit une description de la relation entre ces deux personnages « que tout oppose » (suivant la formule consacrée) et de la façon dont chacun s’ouvre progressivement à l’autre.

Rien de révolutionnaire a priori, et pourtant j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, pour une raison simple: c’est écrit avec beaucoup de retenue et de justesse, avec des phrases courtes et simples qui donnent un rythme lancinant à la narration. C’est doux, on dirait une berceuse.

Pas mièvre du tout, pas cynique pour autant.

_______________________________________________

Lu par Nicolas

Un livre trop court pour un prix trop grand.

Sans mièvrerie, avec une certaine poésie, Célia Houdart livre un conte aérien, hors du temps grâce à une écriture rythmée, qui effleure mais manque parfois d’audace. De ces vies qui se croisent – celle de Bilal et de Wilms mais aussi « des autres », abordées par touches (Hervé, le photographe, Iris, les enfants du professeur) – se dégagent une simplicité, une douce légèreté.

Il est pourtant vrai que les 120 pages de ce roman ne suffisent pas à marquer durablement le lecteur, émerveillé mais impitoyable.

______________________________________________

Lu par Marine

Ecriture lumineuse et efficace, sans pathos, alors même que l’histoire développée aurait facilement pu tomber dans le mélo (un petit garçon décide de se faire adopter par un professeur de médecine le jour où ses parents décident, eux, de repartir avec toute la famille au bled). La trame n’a rien de réel mais tout semble si vrai…  Ceci est certainement un des romans de la rentrée que je conseillerais le plus vivement.

________________________________________________

Lu par Bertrand 

Si le projet de Houdart était de nous raconter une fable, je suis passé à côté. Quant au récit, l’histoire est trop incohérente pour que j’y adhère et que je m’attache au destin des personnages. Mais j’ai peut-être raté ma lecture. En tout cas, je vous donne la quatrième de couverture, comme une mise en garde : « Le jeune Bilal s’enfuit d’un aéroport. Il est pris de vertiges. Un médecin parisien chez qui il a élu domicile se demande quoi faire de lui. Un an et demi plus tard, on retrouve l’enfant heureux dans un cerisier ».

_______________________________________________

Lu par Thomas

Rien à ajouter à la lecture des autres critiques. Un récit agréable proche du monde merveilleux de Disney.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :