Vers la douceur, de François Bégaudeau

10 Oct

Verticales

Lu par Philippe

Les cinquante premières pages sont vraiment plaisantes. Il y a un petit côté  « nouvelle chanson française », avec des impressions communes agréablement retranscrites, des bonnes comparaisons, du name dropping de Star Wars… C’est assez bien fait.

Très vite cependant, le livre sombre dans ce que l’on pouvait craindre du personnage médiatique de l’auteur : une bonne conscience de gauche filée, un goût pour le gentil assumé par le titre que cette franchise ne suffit pas à faire passer, et un côté « je prends le vélib’ je vote à gauche et je vais dans un ciné de quartier » qui fatigue.

On en sort perplexe du gâchis des premiers moments appréciés et d’une ambition louable (ne pas faire triompher le cynisme, sortir de l’ombre des illusions déçues et des amours ratés) qui manque son coup.

Quant à l’idée d’enfiler les chapitres dans un ordre non chronologique, il n’aboutit à rien si ce n’est perdre totalement le lecteur entre les noms et les destins pour nous jouer des saynètes indépendantes, où les acteurs importent peu. On lit un recueil de nouvelles. L’unique but de ce désordre ne crée aucun sens et ne met pas grand chose en valeur, ou j’ai raté quelque chose…

Next, comme dit l’excellente émission du même nom.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :