Où on va papa ?, de Jean-Louis Fournier

5 Oct

Stock

Lettre de JL Fournier à ses deux enfants handicapés.

Tout a déjà été dit sur le livre de JL Fournier, et c’est très bien. D’ailleurs il se vend bien, il se lit bien et il est court. Tout va pour le mieux.
Mais tout de même, que d’effort déployé à être Virilo pour trouver dans notre liste un livre si consensuel… N’était-ce pas un peu vain?

Si être un incompris et ne pas vendre n’invite pas nécessairement le jury à la clémence, être un auteur à succès ne suggère pas non plus qu’on devrait être snobé de facto.
Pour quelles raisons alors le refuser?
Parce que c’est une lettre. Un témoignage, un message d’amour, une repentance aussi… Mais est-ce un roman ? L’estampillerons-nous littérature ?
Pas de longues phrases très travaillées, pas d’audace particulière, hormis d’écrire avec justesse.
Si Fournier n’avait pas eu ces deux « fins du monde »  dans la vraie vie, son livre aurait peut-être gagné dans la fiction ses lettres de noblesse. Ou peut-être pas. Tout cela est difficile à cerner et a le mérite de questionner tout prix sur sa définition de la littérature. Reste cette impression illégitime d’avoir été mené par le bout du coeur. Mais on se doute que Fournier se fout un peu de nous mener quelque part… Alors quoi… Oui, c’est drôle, c’est touchant, c’est écrit comme il faut, et le « projet littéraire »  -bien raconter-  est ma foi fort suffisant.
Saluons également l’extrême tact de l’auteur, qui évite en maître tous les écueils du genre. L’à-propos, voilà la qualité évidente. Monsieur a travaillé avec Desproges, et l’on mesure combien Fournier a du être précieux à l’humoriste pour maintenir l’équilibre des sketchs entre grincements et sourires.
La moustache n’est pas que fine et hautaine, elle sait aussi être douce et drue. Tant mieux pour le Virilo si les jurés ont eu l’audace de choisir un livre qui leur a plu, avec toute la simplicité et l’humilité que cela peut traduire. C’est un honneur.

___________________________________________

« Très bon ! Pourquoi pas pour le Prix. En plus, c’est chez Stock, et l’année dernière la maison avait frôlé le Prix Virilo avec Reinhard, on s’en souvient. » B.M.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :