Courir, de Jean Echenoz

2 Oct

Editions de Minuit

Echenoz nous conte la vie de Zatopek, et la relation ambigüe entre sport et politique, relation imposée par l’époque et le régime.

Lu par B.M.

« Après Ravel, Echenoz réinvente une vie réelle, celle du coureur tchécoslovaque Zatopek. C’est brillant, toujours drôle et fin. Coureur malgré lui, Emile se retrouve icône de son pays et du régime soviétique sans l’avoir demandé. On y découvre un régime hésitant entre absurdité et cruauté. »

Lu par P.B.

« Zatopek ne portait pas de moustaches, à la différence notable de notre Alain Mimoun national. Hélas, l’auteur a choisi le glabre visage pour son roman. A la lecture, c’est peut être tant mieux. Echenoz continue à faire du Echenoz, et le lecteur est bien content : Voilà un écrivain qui sait où il va, et nous sommes heureux de le suivre sur ce chemin, tant poser les yeux sur ses pages est un plaisant paysage. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :